Fil infos

Sondage

Pensez vous que Franck Ribery sera séléctionné pour la prochaine coupe du monde ?


Voir les résultats

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter, pour recevoir les actualités Entrez votre email


Se désinscrire

Partenaires

Une question d’équilibre

Si les Bleus sont montés en régime contre le Danemark, Raymond Domenech a encore quelques détails à régler pour amener ses joueurs sur le toit du monde. Parmi ses problèmes, le déséquilibre entre l’aile gauche et l’aile droite.

« C’est normal que notre jeu s’organise à gauche. C’est le côté où se trouvait mon banc en première mi-temps. » A l’issue de la rencontre à Lens contre le Danemark, Raymond Domenech est d’humeur à plaisanter. Plutôt que de répondre aux questions de la presse qui lui demande s’il ne s’inquiète pas de la fâcheuse tendance qu’a son équipe à délaisser le côté droit, il préfère esquiver le problème. « Le jeu s’organise en fonction des circonstances poursuit-il. Ça dépend des moments. Il y a plus de monde sur le côté gauche que sur le côté droit. Ça paraît donc logique de voir plus de jeu de ce côté. » Sur ce point-là, on ne peut que donner raison au sélectionneur. Du monde, il y en a à gauche. Non seulement Eric Abidal et Florent Malouda profitent de leur expérience commune sous le maillot lyonnais, mais en plus, Zinédine Zidane et Thierry Henry confirment qu’ils aiment à venir chercher les ballons sur cette aile.

Ce côté gauche est un véritable atout pour les Bleus. Surtout, l’entente entre Malouda et Abidal offre de réelles perspectives en vue de la Coupe du Monde. « Avec Florent, nous avons le temps de travailler à l’entraînement et d’appliquer ce travail sur le terrain, témoigne Eric Abidal. C’est bien que cela marche. On se connaît un peu. Nous nous retrouvons maintenant à un niveau supérieur et nous essayons de donner le meilleur de nous-mêmes. Nous ne calculons pas et nous appliquons ce qu’on nous demande. » Des propos repris en échos par son coéquipier de Lyon, Malouda : « Nous avons essayé d’enchaîner très rapidement. Nous avons été efficaces. Il faudra maintenant peaufiner cela pour être prêts le 13 juin. »

Cette efficacité ne poserait pas de problème si elle trouvait du répondant sur l’aile droite. Mais, que ce soit contre le Mexique ou contre le Danemark, les hommes de Raymond Domenech n’ont pas su se montrer efficaces à droite. La faute sans doute aux réflexes de Zidane et Henry, plus enclins à se déporter sur la gauche. La faute surtout à un système bancal qui veut que Patrick Vieira occupe un poste de milieu droit. Or, si l’ancien Gunner peut se montrer redoutable dans l’axe, il ne connaît pas la même réussite sur le côté. Son entente et les automatismes avec Sagnol restent encore à peaufiner. La solution serait alors de titulariser un Ribéry ou un Wiltord à droite. Au risque de pousser Patrick Vieira sur le banc. Pas sûr que Domenech décide de se priver de son vice-capitaine.

Dans la même rubrique

- Football - © Tous droits réservés - 2007 - XHTML 1 Strict | CSS -